Les critères de sélection

Les critères selon lesquels nous sélectionnons nos fils ne peuvent se résumer en une seule phrase. Bien au contraire. Habituellement, il y a beaucoup de considérations qui nous amènent à choisir un fil ou non. Nous allons essayer de clarifier notre processus de sélection ici.

 

Nos trois critères de sélection principaux:

– aucune cruauté envers les animaux
– pas de culture de plantes nuisibles à l'environnement
– pas d'exploitation du travail


Il est difficile à croire que la plupart des fils échouent déjà à cause de ces trois critères minimaux. Bienque les tricoteuses seront probablement d'accord avec nous pour dire qu'ils ne veulent pas de fils qui ne répondent pas à ces critères...

Bien sûr, il y a d'innombrables autres gradations. Nous allons les diviser en trois parties et commenter chacune d'elles :


Des fils de fibres animales?

Nous répondons à cette question par un oui retentissant. Bien sûr, le facteur décisif est la manière dont les animaux concernés sont traités.

L'accusation
C'est surtout dans les milieux végétaliens que l'on rencontre des phrases comme «dans chaque % de laine, il y a 100% de cruauté envers les animaux». Telles déclarations sont absolument indifférenciées et doivent donc être traitées avec prudence.

Le contexte
En fait, il existe des pratiques cruelles dans la production de laine, par exemple dans l'élevage ovin. Celles-ci doivent être condamnées avec la plus grande fermeté. Il s'agit généralement du «mulesing» (voir encyclopédie), qui est principalement répandu en Australie et qui s'applique exclusivement au mouton mérinos. Bien sûr, nous ne vendons pas de la laine de moutons qui ont souffert de la mulesing, car ce n'est que lorsque le marché cessera d'acheter ces produits que quelque chose changera.

Il existe d'innombrables autres races de moutons dans le monde dont les poils poussent également, que vous le vouliez ou non. Comme beaucoup de moutons ne perdent pas leurs poils eux-mêmes, il faut les tondre. La laine ainsi produite est actuellement principalement brûlée à la tonne en Suisse parce qu'il n'y a pas d'acheteurs. Nous pensons que cela n'a aucun sens et nous ne voulons pas penser à l'extermination mondiale des moutons.

Heureusement, il y a aussi de bons éleveurs de moutons partout dans le monde. Leurs animaux vivent généralement plus ou moins librement toute l'année dans des territoires souvent immenses ou ils se déplacent en troupeaux – parfois même avec des bergers, des ânes et des chiens. Ces moutons sont également tondus deux fois par an, ce qu'ils n'aiment pas toujours, mais qui est quand même nécessaire. Bien entendu, la tonte doit être aussi douce que possible. L'animal ne doit en aucun cas être blessé. Pour les "bons" éleveurs de moutons, cela va de soi, car ils sont attachés émotionnel à leurs animaux et les moutons ont aussi une valeur financière. Il est également important de préserver et d'entretenir ce patrimoine.

Les thèmes de l'alpaga, des chèvres, etc. ne sont pas traités ici d'une manière particulière, car pour eux nous avons les mêmes critères que pour les moutons. Il est important que les animaux soient élevés d'une manière adaptée à l'espèce et bien traités.

Les élevages meilleurs sont ceux qui possèdent un certificat GOTS ou un label biologique. Cependant l'agriculture biologique suisse en ce qui concerne l'élevage et assez bien, mais pas encore le maximum. Il faut aussi considérer que les certifications sont généralement très coûteuses et parfois, en raison de facteurs secondaires (tels que les matériaux d'emballage), difficilement accessibles, même pour les grandes entreprises, et impossibles pour les petites entreprises.

 

Un mot sur la soie
Pour nous, il n'y a en fait qu'une seule soie justifiable, c'est la soie Tussah, car pour la production de toute autre soie, le papillon pupiforme est tué. Normalement, les poupées sont tuées à l'eau chaude ou à la vapeur. Le fil intact est ensuite déroulé du cocon.

Mais là aussi, nous avons rencontré des circonstances auxquelles nous réfléchissons encore aujourd'hui. C'est le cas, par exemple, de la production de la soie qui s'appelle «soie de paix». Pour obtenir le fil de soie de la paix, les cocons ont été coupés, les poupées enlevées et le fil déroulé, nous a-t-on dit. Eh bien, sans un cocon, le petit animal peut difficilement vivre, avons-nous pensé et demandé. Et en effet, les poupées servaient à la population pauvre des États du nord-est de l'Inde comme nourriture riche en protéines pour leurs propres familles ou étaient vendues sur le marché. En fait, c'était l'inverse. Les poupées était autrefois utilisé pour l'alimentation de la population et avec les restes – le cocon – on a produit la soie.

Est-ce que c'est mauvais? Pour un végétalien, la réponse doit être claire. Mais comme ça, au moins tout est utilisé, sans reste. Nous en sommes très loin avec notre façon d'élever notre bétail.

Il n'est donc pas toujours facile de trouver des réponses claires.

 

Fibres de plantes
Le texte suit


Fibres synthétiques
Le texte suit